headerphoto

Un petit jeu de "Cinq Pourquoi"

Hier matin j'ai eu le plaisir d'une discussion autour d'un café avec Hugo Heitz, responsable du déploiement Lean dans le département Exploitation d'une grande banque, dont j'avais bien apprécié l'intervention lors d'un précédent séminaire consacré à l'approche Lean, et avec qui je suis resté en contact depuis.

A un moment la conversation a abordé les difficultés liées à la "dette technique", l'entropie qui semble frapper inexorablement tous les projets informatiques avec pour conséquences qu'après un temps plus ou moins long (trop souvent assez court), des évolutions qui auraient été considérées comme mineures en début de parcours deviennent de plus en plus coûteuses, laborieuses, pénibles à réaliser comme à négocier.

Nous avons des constats très similaires malgré nos perspectives différentes, Hugo oeuvrant dans le domaine de l'exploitation, alors que je m'intéresse au développement; les deux mondes sont inexorablement liés mais semblent ne pas vouloir reconnaître leur existence mutuelle. (En plaisantant j'ai fait allusion à H.G. Wells pour décrire ce qui semble se passer entre ces deux populations: les "Morlocks de l'informatique" faisant un travail souterrain et ignoré tandis que les "Eloi du logiciel" mènent une vie insouciante. Evidemment ça nous a amenés à nous demander si de temps en temps un Eloi se faisait manger...)

Nous nous sommes alors lancés, presque sans le remarquer, dans un petit jeu des "cinq pourquoi", un des outils Lean qui a été assez joyeusement repris par les équipes Agiles. Pourquoi les projets finissent-ils par s'engluer, que ce soit du côté développement ou du côté exploitation? Parce que cette "dette technique" est composée de logiciel, et que le logiciel est par nature invisible, contrairement au hardware. On peut plus facilement mesurer l'âge moyen d'un parc matériel vieillissant et convaincre par des chiffres qu'il est temps d'investir, mais comment mesurer la "dette technique" logicielle?

Alors pourquoi cette "dette technique" est-elle si difficile à mesurer? Parce que les programmeurs (je parlais alors pour ma partie) investissent leurs efforts sur les mauvaises priorités. "Pas le temps de mettre ce code au propre, il faut qu'on livre de nouvelles fonctionnalités." Et pourquoi les programmeurs ne se rendent-ils pas compte que ces choix sont contre-productifs? Parce que bien souvent il leur manque certains savoirs et savoirs-faire qui leur permettraient d'objectiver et d'argumenter en faveur de décisions plus appropriées. Pourquoi leur manque-t-il ces connaissances?

A ce moment nous n'avions posé que quatre "pourquoi" (et il faudra sans doute un jour creuser plus loin) mais nous sommes tombés d'accord sur un constat: tant que la formation des personnes entrant dans les métiers de l'informatique ne les prépare pas à imposer dans leurs entreprises des pratiques plus efficaces, il sera difficile d'espérer des améliorations.

En France les cursus de formations supérieures sont indissociablement liés aux organismes publics de recherche, la recherche en entreprise étant moins développée dans l'informatique que dans d'autres secteurs économiques; c'est donc à mon avis vers les enseignants-chercheurs qu'il est important de se tourner pour trouver des réponses.

Or la collaboration entre les professionnels en entreprise et ce monde de la recherche et de l'enseignement publics me semble extrêmement marginale, presque inexistante. C'est vrai de manière générale pour ce qui concerne le génie logiciel: combien de développeurs ou de chefs de projet travaillant en entreprise s'intéressent au travail des chercheurs dans ce domaine et les trouvent pertinents et concrètement utiles? Le seul domaine que je connaisse où il semble qu'une collaboration fructueuse se soit établie est celui de la "programmation par les modèles" ou "model driven".

Concernant les approches Agiles, c'est carrément le désert. Un exemple: il existe des projets de recherche à l'échelle européenne, par exemple le programme ITEA2. Ces projets mutualisent des investissements publics et privés en R&D et visent à rendre l'Europe plus compétitive dans ce domaine. Au sein d'ITEA2, il existe un sous-projet FLEXI réunissant des chercheurs en un réseau qui cible spécifiquement des pratiques Agiles. On n'y trouve... aucun partenaire industriel français, et apparemment aucun chercheur français.

Le projet de l'Institut Agile prend très au sérieux ce rapprochement nécessaire entre le milieu de la recherche et de l'enseignement d'une part, et la communauté Agile et ses professionnels d'autre part. Rendre compte de la recherche sur les différentes pratiques est par exemple un des objectifs du référentiel.

Il faut aller plus loin. J'ai publié aujourd'hui un premier appel en vue du recensement des chercheurs en France (ou dans la sphère francophone plus largement) qui s'intéressent à ce sujet. Si vous exercez vous-même des activités d'enseignement et de recherche, je vous encourage vivement à vous inscrire; si ce n'est pas le cas, à diffuser autour de vous l'adresse de cette page.

L'objectif dans un premier temps est de mieux connaître et mieux faire connaître cette partie de la communauté Agile. Travailler ensemble, c'est pouvoir mieux faire valoir l'intérêt de ces recherches, à la fois envers les organismes habilités à financer et favoriser des projets de recherche, mais aussi et surtout en direction des développeurs, chefs de projets et autres intervenants sur les projets Agiles.

1 commentaires:

ismael a dit…

J'ai plus aucun espoir en la recherche informatique française depuis que j'ai expliqué à un thésard de l'INRIA ce qu'étaient les méthodes agiles (il avait jamais entendu le terme !).

Non pas que l'agile soit l'alpha et l'omega mais un brillant cerveaux universitaire français dans le domaine IT qui passe complètement à côté, ça laisse entrevoir toute la richesse des échanges et des débats d'idées...

Enregistrer un commentaire